Retrouvez l’actualité, les informations, les thèses, les diplomés et le calendrier.

Et si les data et la digitalisation pouvaient sauver l’environnement ?
21 juillet 2022

Auteur

Les data et la digitalisation accrue peuvent-ils être la réponse à la sauvegarde de l’environnement ? La data peut évoquer, dans un premier temps, un moyen de réduire l’impact écologique grâce à la réduction du papier ou des déplacements, par exemple. Mais c’est surtout, un impact environnemental négatif avec le stockage polluant des datas ou encore la pollution et destruction de l’environnement qu’engendre la fabrication des moyens de digitalisation (fabrication des batteries de téléphone par exemple). La question qui se pose alors est la suivante : comment dans un monde en constante digitalisation peut-on allier développement durable et préservation environnementale ? Et si finalement les data et les solutions digitales étaient la solution pour préserver voire sauver l’environnement ?

Dans cet article, vous trouverez :

L’essor du digital, des data et leurs impacts

Les data et le digital dans son ensemble prennent de plus en plus de place dans nos vies. Cet essor s’est notamment accru avec la crise du Covid-19, qui a forcé de nombreux acteurs à se digitaliser afin de se maintenir en vie. Et comme tout aujourd’hui, la question du développement durable et de l’écologie doit entrer en jeu quand il s’agit de digitalisation. 

En effet, interagir sur les réseaux sociaux, acheter des NFT, passer des appels téléphoniques, assister à des conférences Zoom, envoyer des emails, nous permettent d’interagir dans un monde digital. Mais, ce n’est pas pour autant que cela n’a pas d’impact dans « le monde réel ».

Le digital et son impact écologique et environnemental en chiffres

L’Ademe et l’agence Française de la transition écologique ont publié un rapport en Janvier 2022 afin de quantifier l’impact environnemental causé par les équipements digitaux et leurs infrastructures. Ils ont, ainsi, estimé que les équipements et infrastructures digitaux génèrent en France 16,9 Mt CO2 équivalent ce qui représente 2,5% du total de l’empreinte carbone Française. A l’échelle mondiale, selon GreenIT community, le digital est responsable de 4% de l’émission de CO2 dans le monde et s’accroit de 9% par an. Ce sont les équipements digitaux de types smartphones, objets connectés, ordinateurs, qui polluent le plus. Notamment, car, la fabrication des leurs composants est extrêmement polluante. Il aussi important de noter que les Datas Centers ont aussi un certain impact écologique négatif car leur usage nécessite de l’électricité et des systèmes de refroidissement. 

Image d'une centrale qui pollue
Image de la pollution atmosphérique d’une industrie

Digitalisation et écologie : le mariage forcé ?

Notamment due à la crise du Covid-19, la digitalisation fait partie intégrante de nos modes de vie. Elle est nécéssaire dans de nombreux domaines et fait partie de l’évolution normale de chaque société. Les entreprises se doivent de réussir cette digitalisation. Aucun retour en arrière n’est donc possible mais surtout aucun n’en est envisagé car il n’aurait pas de sens.

Au même moment, la conscience écologique d’un nombre de personnes toujours plus grand se fortifie. L’environnement devient un vrai sujet, une vraie prise de conscience, un vrai besoin. On souhaite faire mieux, on doit faire mieux. Les données sont alarmantes, les scientifiques nous préviennent et sont de plus en plus insistants. On ressent dans nos vies de tous les jours que la situation se dégrade. Ici encore, aucun retour en arrière n’est possible. Mais alors, comment, allier développement durable, préservation environnementale et digitalisation/data ? Nous avons besoin de cette digitalisation et nous avons besoin de mettre en place un système qui permet le développement durable, alors comment les unir ? 

Une première piste est énoncée par l’Ademe dans son rapport :

  • Etablir une analyse quantitative de l’impact environnemental de nos activités digitales
  • Identifier les principaux facteurs qui y contribuent 
  • Identifier les leviers les plus efficaces 
  • Surveiller les performances environnementales 
  • Implémenter une stratégie environnementale compatible avec le digital
Image-plantes-environnement-data
Image de plantes représentant la préservation de l’environnement grâce aux data

Le digital responsable 

Le digital et ce qui en découle ont, donc, un impact négatif (pollution, gaspillage, émission de CO2, exploitation de minerais rares). Peut-on alors allier le digital, les data et la préservation de l’environnement ? Peut-on parler de « développement durable digital » ? de « digital sustainability ? de « numérique durable/responsable » ? Cela peut paraître invraisemblable mais si, finalement, ce n’était pas si bête que ça ?

On peut déjà dire, sans trop trembler, que la data est une partie intégrante du développement durable. Pour la simple et bonne raison que les données environnementales sont des datas et sont rendues possibles grâce à des solutions digitales poussées. En effet, nous connaissons le taux d’émissions de gaz effets de serres, nous pouvons les comparer aux années précédentes et nous pouvons même donner son évolution sur plusieurs années grâce aux outils du digital et au traitement de ces data.

Le développement des solutions digitales nous a aussi permis de réduire l’impact écologique de plusieurs façons. Effectivement, l’expansion du digital a conduit à réduire l’utilisation du papier grâce aux nouveaux logiciels permettant la digitalisation de nombreux métiers (CRM, communication digitale, logiciel de traitement de données, logiciel de comptabilité, logiciel de facturations, etc), aux emails, aux lois permettant la digitalisation de certaines administrations (CAF, sécurité sociale, déclaration des impôts en ligne, etc). La crise du Covid-19 et la transition numérique accrue des entreprises et administrations constituent donc un réel changement grâce à la réduction de fongibles. Aujourd’hui il n’est pas rare de ne même plus utiliser de papiers sur une journée de travail !

De nombreuses initiatives pour le digital de demain

A travers cet article, nous avons pu voir que l’essor du digital et des data participe à la pollution et à la détérioration de la planète et de l’environnement. C’est, d’ailleurs, souvent ce qui vient en premier en tête quand on parle de ces sujets. Cependant, en s’y penchant plus précisément on se rend compte que le paradoxe suivant est plus que possible : et si les data et le digital pouvaient sauver l’environnement ? Comme nous avons pu le voir, grace à tout ce qu’à permis la digitalisation, de nombreux gestes du quotidien qui étaient polluants se sont transformés en une réduction drastique des consommables et donc à une réduction des déchets.

Le digital permet aux entreprises d’opérer un virage écologique grandement nécéssaire de nos jours. Ainsi, de nombreux projets qui lient data, digital et préservation de l’environnement voient le jour. Par exemple, il désormais possible de stocker de la data dans des plantes (plus d’informations ici). En effet, cela à pour but sur le long terme de réduire l’impact très polluant des Data Centers. Il est aussi possible de choisir des navigateurs web qui plantent des arbres à bout d’un certain nombre de recherches. Samsung à mis en place un système de recyclage de ses téléphones Galaxy en différents IoT (plus d’informations ici). En bref, le plus important c’est surtout ce que l’on a décidé de faire avec le digital qui va avoir un impact crucial sur le développement durable ou non !

Retrouvez d’autres articles sur le digital et l’environnement :

Auteur

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This