Retrouvez l’actualité, les informations, les thèses, les diplomés et le calendrier.

La mobilité peut-elle répondre aux enjeux climatiques 
1 août 2022

Au cours de ces dernières années, le secteur automobile et de la mobilité se voit bousculé par de nombreuses innovations technologiques. Celles-ci changeront à coup sûr notre manière de nous déplacer. À l’heure où l’écologie gagne en importance dans notre société, la mobilité reste elle aussi un enjeu d’avenir. L’environnement fait aujourd’hui débat et nécessite de prendre des décisions assez rapidement.

De nombreuses idées voient alors le jour et des centres de recherche se spécialisent sur ces questions. Il est aujourd’hui nécessaire de faire évoluer notre société et nos infrastructures.

En effet, la voiture autonome, les nouvelles énergies et les villes connectées qui n’étaient encore qu’une fiction, il y a de cela 15 ans, sont plus que jamais d’actualité. Aujourd’hui beaucoup de constructeurs automobiles se penchent sur ce sujet, pour emprunter ce virage obligatoire à l’image de celui du digital. Mais quelles solutions concrètes avons-nous réellement? 

  1. Une nouvelle manière de se déplacer
  2. Une route sans bitume
  3. Une nouvelle source d’énergie pour une nouvelle mobilité
  4. Qu’est-ce que la voiture autonome et quel est son intérêt ?
  5. Les smart cities, une base de données essentielles pour moderniser la mobilité
  6. Notre thèse sur la mobilité

Une nouvelle manière de se déplacer

Une chose est sûre, nos déplacements changeront radicalement, en effet le but de la voiture autonome est de simplifier le quotidien humain. Grâce aux différentes innovations, nous allons sans doute voir réduire les embouteillages et dans ce cas réduire le temps de trajet.

On peut ainsi penser aux trois sociétés d’Elon Musk, Tesla, Hyperloop et The Boring Company qui veulent révolutionner les transports. La startup Hyperloop a pour projet de créer des tunnels à grande vitesse permettant de réduire le temps de trajet et de concurrencer le train (voir la vidéo). Quant à Tesla et The Boring Company, ils souhaitent créer des tunnels sous les villes où pourront se déplacer des véhicules posés sur des châssis électromagnétiques.

Qu’est-ce que cela peut apporter ?  Cela permettrait de réduire ou supprimer considérablement les bouchons en ville (vidéo). Actuellement des tests sont menés à Los Angeles au sein du premier tunnel. Les voitures y circulent pour le moment sans utiliser de châssis électromagnétique. 

De plus, pour certaines personnes, l’avenir des véhicules et des transports sera l’autopartage. A l’aide de voitures sans pilote nous pourrons louer une place dans une voiture qui ne nous appartiendrait pas. Nous pourrons partager des véhicules avec d’autres utilisateurs en même temps.

En effet la voiture individuelle n’est plus vraiment d’actualité. Renault a intégré ce segment depuis 2016 en lançant Renault Mobility rebaptisé aujourd’hui Mobilize Share. Carlos Ghosn, l’ex PDG de Renault, croit en l’avenir de l’autopartage couplé à la voiture autonome qui selon lui permettrait de « sauver 1 million de vies par an ».  

Une mobilité sans bitume

Supprimer l’élément polluant présent dans nos routes et mettre des algues pourrait-être la solution. Nos routes contiennent aujourd’hui énormément d’éléments polluants, à commencer par le pétrole. En effet, un des composants principaux de nos routes est le bitume extrait de la distillation du pétrole.

Afin de remplacer ce composant par une ressource renouvelable, la biomasse entre en jeu. Cette biomasse est composée essentiellement de microalgues disposant de molécules semblables à celles utilisées pour le pétrole. Ces molécules pourraient alors servir pour remplacer le bitume présent sur les routes.

Une autre solution peut être d’utiliser les pneus usagés et de les insérer dans la route. Malheureusement, cette technique ne sera utile qu’un court laps de temps.  

Une nouvelle source d’énergie pour une nouvelle mobilité

Les chercheurs ne cessent de se pencher sur l’avenir de nos routes. Pourquoi est-ce qu’elles ne deviendraient pas des gisements d’énergie renouvelable ? Plusieurs idées sortent du lot comme une route capable de se déneiger ou encore une route capable de produire de l’énergie solaire. Même si ces prototypes sont encore en phase de test, les résultats sont très prometteurs.

Electreon, une start-up Israélienne, effectue depuis maintenant plus de deux ans des tests grandeur nature à Tel-Aviv, en Italie mais aussi en Suède (pays leader dans cette technologie). Ces routes ne faisant pas plus de 4km actuellement, pourront à l’avenir représenter plus de 1000km d’autoroutes en Suède. Pour en savoir plus sur ce projet, n’hésitez pas à regarder la vidéo.

Mobilité sur une route solaire
Route solaire en construction
Créateur : Arnaud Bouissou | Crédits : © Arnaud Bouissou/Terra
Droits d’auteur : © Arnaud Bouissou/Terra

De nombreuses entreprises à l’image de TotalEnergies, un grand pétrolier, accompagnent depuis de nombreuses années la mobilité des particuliers et professionnels. Par ailleurs, cet accompagnement se fait également via un service de bornes de recharge électrique.

Malheureusement à l’heure actuelle ces services sont trop limités. Les voitures ne disposent malheureusement pas assez d’autonomie à l’heure actuelle. Cela bloque les personnes ayant besoin quotidiennement de faire de longs trajets. Cependant il est essentiel de développer ces nouveaux services de recharge pour encourager le plus grand nombre à passer le pas.

Qu’est-ce que la voiture autonome et quel est son intérêt ?

Premièrement, la voiture autonome est un concept se démocratisant de jour en jour, définissant un véhicule capable de rouler sur route ouverte sans avoir besoin de l’intervention humaine. Elle sera capable de gérer différentes situations avec un trafic faible ou important.

Ainsi, ce concept présentera certains avantages à l’avenir comme la réduction des accidents, grâce aux différents systèmes automatisés, une réduction des embouteillages, un gain de temps, ou encore une efficacité énergétique accrue pour être plus respectueux de l’environnement. 

Nous avons pour le moment la voiture semi-autonome qui est le système de conduite le plus poussé à ce jour. Les entreprises précurseuses dans ce domaine sont Tesla avec son autopilote, Valeo l’équipementier français ou encore Uber. Tous trois développent des systèmes de véhicules autonomes.

La mobilité avec une voiture Tesla
Voiture Tesla avec une conduite semi-autonome

Cependant cette notion d’autonomie ne doit pas se faire sans rassurer les usagers. Notamment au niveau de l’intelligence artificielle comme nous l’explique Cuche Corentin dans son article :  L’intelligence Artificielle peut-elle être responsable ?

Les smart cities, une base de données essentielles pour moderniser la mobilité 

Tout d’abord avant de voir la mobilité dans ce concept, il faut définir ce qu’est une smart city. La CNIL définit ce concept comme étant : « La ville intelligente est un nouveau concept de développement urbain. Il s’agit d’améliorer la qualité de vie des citadins en rendant la ville plus adaptative et efficace à l’aide de nouvelles technologies.

Le périmètre couvrant ce nouveau mode de gestion des villes inclut notamment : « infrastructures publiques (bâtiments, mobiliers urbains, domotique, etc.), réseaux (eau, électricité, gaz, télécoms), transports (transports publics, routes et voitures intelligentes, covoiturage, mobilités dites douces – à vélo, à pied, etc.) » (source : cnil.fr).

À noter que les smart cities reposent essentiellement sur une maîtrise des données qui circulent dans le réseau internet. Ces données permettent d’automatiser et d’améliorer les fonctionnements réguliers présents au sein de la ville.

La mobilité est ainsi un des périmètres facilement analysable et améliorable. Un point qui aujourd’hui génère beaucoup de pollution est les bouchons et les trajets non optimisés. Comme nous avons pu l’évoquer avec The Boring Company, le développement de tunnels permettrait de transporter les usagers plus rapidement et efficacement et ainsi de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Les smart cities en analysant toutes nos habitudes et nos fonctionnements peuvent être un levier essentiel pour améliorer et moderniser la mobilité de chacun. Nous pourrions ainsi moderniser les déplacements et réduire l’impact écologique de nos déplacements. 

Notre thèse sur la mobilité

Suite à ces premiers éléments, notre thèse professionnelle portera sur le sujet des nouvelles mobilités et de leur impact sur l’environnement. 

Pour cela notre problématique sera la suivante : Comment les nouvelles solutions de mobilité peuvent répondre aux différents enjeux environnementaux alors que la population française s’accroît et que les déplacements se font de plus en plus importants ?

Dans le but d’y répondre notre méthodologie sera qualitative et quantitative. Cela nous permettra d’interroger des experts du secteur et des nouvelles mobilités pour la partie qualitative. Pour la partie quantitative nous interrogerons les utilisateurs de ces solutions de mobilités. 

Cela nous permettra d’obtenir des informations concernant les besoins et les solutions proposées/futures.

Notre thèse sera également structurée avec les parties suivantes (sujettes à modification) : 

  • Problème avec les solutions actuelles de mobilité sur lesquelles repose notre société.
  • Panorama des nouvelles technologies qui existent, les solutions qui peuvent être utilisées.
  • Quel est le potentiel de ces nouvelles technologies ? Comment les implanter au mieux sans accroître les externalités négatives ?

Les articles : 

  • Autonomous Vehicles and Future Mobility; Jardar Andersen (Institute of Transport Economics, Oslo, Norway), Pierluigi Coppola (University of Rome Tor Vergata, Rome, Italy); 2019
  • Moorhouse, J., & Laufenberg, K. (2010). Electric Vehicles: Powering the Future. Pembina Institute.
  • Avenir de l’automobile; Encyclopaedia Universalis (2016)
  • La smart city pour voir et concevoir autrement la ville contemporaine (2018); Jean-Marc Offner
  • Automated Vehicles and the Rethinking of Mobility and Cities (2013-2015); Adriano Alessandrini, Andrea Campagna, Paolo Delle Site, Francesco Filippi*, Luca Persia

Et si vous alliez plus loin sur la gestion de votre empreinte carbone ?

Numérique responsable : vers une transition des usages de TOMASINI Roseanne

Comment appliquer une politique de Green IT en entreprise ? De SAKALOFF Marion

Sources :

Photo de Aleksejs Bergmanis provenant de Pexels

Photo de SCREEN POST provenant de Pexels

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This