Retrouvez l’actualité, les informations, les thèses, les diplomés et le calendrier.

Les NFTs au coeur du WEB 3.0
4 août 2022

Aupravant, internet consistait en une connexion physique de fils et en la mise en place de protocoles. Donnant la chance aux utilisateurs de communiquer sur un réseau unique. Le Web 1.0 a mis l’internet à la portée des masses. Permettant aux gens de consommer du contenu statique et en lecture seule. La deuxième génération de Web a inauguré une nouvelle ère de pages dynamiques et interactives. Cette génération a permis la communication entre les utilisateurs. Le Web 3.0 se développe actuellement autour des NFTs par exemple. Ce web connecte les utilisateurs, le contenu et les programmes directement les uns aux autres.

Sommaire

  1. Qu’est ce que le métaverse ?
  2. Quelle est l’origine du mot « métaverse » ?
  3. Quelques technologies de base dans le web 3.0.
  4. Les principes clés qui composent le métaverse.
  5. Comment visiter le métaverse ?
  6. NFT et crypto-monnaie dans le métaverse.
  7. Le marketing des NFTs
  8. Sources

Qu’est ce que le métaverse ?

Application du web 3.0 sous forme de métaverse.

Le métaverse est une convergence transparente de nos vies physiques et numériques. Autrement dit une communauté virtuelle unifiée où nous pouvons travailler, jouer, se détendre, faire des transactions et socialiser. 

Le métaverse n’en est encore qu’à ses débuts. Il n’existe pas de définition unique et globale à laquelle les gens peuvent se référer.

L’un des points essentiels est qu’il n’y a pas un seul monde virtuel. Il en existe plusieurs. Ils permettent aux gens d’approfondir et d’étendre les interactions sociales par voie numérique.

Quelle est l’origine du mot « métaverse » ?

Neal Stephenson a utilisé le terme “métaverse” pour la première fois en 1982 dans le roman Snow Crash. Le métaverse de Stephenson était un lieu où les personnages pouvaient se rendre pour échapper à une morne réalité totalitaire. 

Au début des années 1990, Sega a introduit des machines d’arcade RV comme le simulateur de mouvement SEGA VR-1. Les utilisateurs profitaient dans de nombreuses salles d’arcade.

Quelques technologies de base dans le WEB 3.0

Les technologies du Web 3.0

Première technologie est la réalité augmentée (RA), méthode de présentation dans laquelle les objets du monde réel sont complétés par des objets numériques artificiels, qui peuvent être constructifs (s’ajouter aux objets du monde réel) ou destructifs (masquer les objets du monde réel). 

Puis, la réalité virtuelle (RV), rendu artificiel d’un environnement en utilisant des champs sonores et visuels, éventuellement complétés par d’autres dispositifs sensoriels. 

Passant à la réalité mixte (RM) qui représente un mélange d’éléments des mondes physique et numérique en une seule expérience immersive.

Ensuite, la réalité étendue (XR), terme générique englobant la RA, la RV et la RM. En général, c’est l’ensemble des technologies combinant des éléments virtuels générés par ordinateur dans l’environnement réel. 

Et enfin, l’intelligence artificielle (IA) qui veut tout simplement dire, la capacité d’un ordinateur ou d’une machine à imiter les tâches humaines par l’apprentissage et l’automatisation, généralement comprise comme la simulation des fonctions d’ordre supérieur des êtres intelligents dans des domaines tels que le traitement visuel, le traitement de la parole et l’analyse.

Les principes clés qui composent le métaverse

Décentralisation

Le Web 3.0, et les entreprises qui travaillent sur son élaboration visent à rendre le Web et internet plus décentralisés, vérifiables et sécurisés. Le métaverse intégrera certains de ces principes du Web 3.0.

L’intégration de la décentralisation dans les fondements du métaverse pourrait atténuer le risque d’une entité centrale qui pourrait agir librement comme un gardien des interactions entre les utilisateurs, jouer le rôle d’une autorité de surveillance et imposer les normes et les politiques auxquelles les développeurs doivent adhérer. Pour assurer ce type de décentralisation, l’attention s’est portée sur la technologie blockchain comme moyen de garantir la sécurité du paysage des métaverse et d’éviter qu’il ne soit contrôlé par un groupe restreint de grandes entreprises.

Interconnexion et interopérabilité

Pour qu’un métaverse à part entière puisse se concrétiser, il devra interconnecter les nombreux appareils et plateformes différents utilisés pour l’interaction.

En octobre 2021, le fondateur de Meta a souligné la nécessité de l’interopérabilité pour “débloquer une économie créative beaucoup plus vaste que celle qui est limitée par les plateformes actuelles et leurs politiques”.

Le verrouillage de l’écosystème est un moyen populaire et éprouvé de forcer un engagement continu tout en isolant la concurrence, surtout lorsqu’il s’agit de technologie et de systèmes d’exploitation. Cependant, l’interopérabilité étant probablement la force motrice du métaverse, des normes en couches sont nécessaires – comme c’est le cas pour l’internet – pour permettre à des réseaux et sous-réseaux différents et variés d’interagir clairement les uns avec les autres. 

Sécurité et fiabilité

Comme pour toute plateforme interactive en ligne, il existe des problèmes de sécurité pour les utilisateurs (abus en ligne, trolling, contacts inappropriés, grooming et désinformation). Comme il existe de nombreuses formes différentes de menaces pour la sécurité en ligne, il n’y a pas de moyen unique de traiter tous les problèmes. Néanmoins, selon Brittan Heller, experte en technologie et en droits de l’homme, “les plateformes de RV et de RA ont besoin de conditions de service spécifiques pour les environnements immersifs parce que la gouvernance des plateformes dans les mondes numériques doit réglementer le comportement, en plus du contenu”.

Comment visiter le métaverse ?

Pour accéder au métaverse, les utilisateurs peuvent recourir à l’une des plateformes suivantes.

La plateforme sociale Horizon Worlds permet aux utilisateurs de créer un monde virtuel personnalisé afin de pouvoir interagir avec d’autres personnes. Il suffit de se connecter avec un avatar pour rendre visite à ses amis. 

La plateforme VR Decentraland, est conçue pour permettre aux utilisateurs de découvrir le métaverse à travers des espaces virtuels immersifs. Ils ont la possibilité de pouvoir acheter des biens immobiliers grâce à la crypto MANA, sous la forme de NFT Jeton non fongible (Non-fungible token). Que veut dire NFT ? On peut dire que les NFTs représentent des unités de données stockées dans une blockchain, ces jetons agissent comme un certificat d’authenticité, attestant qu’un actif numérique est unique et non interchangeable.

Rec Room une autre plateforme VR sociale où les utilisateurs peuvent se réunir entre amis et participer à des jeux VR. Cette plateforme est compatible avec HTC Vive, Windows Mixed Reality, Oculus Rift. 

Et enfin Facebook (Meta), est l’un des principaux acteurs dans le domaine du métaverse. Cet acteur propose un espace virtuel en immersion totale. Les utilisateurs pourront inventer leurs propres mondes et échanger avec d’autres personnes dans cet univers. En outre, ils pourront organiser des réunions pour mener leurs affaires. L’Oculus Quest 2 est le système Meta par excellence.

NFTs et crypto-monnaie dans le métaverse

NFTs et crypto-monnaie

Le métaverse a fait l’objet d’investissements massifs de la part de nombreuses marques, designers et célébrités. Mais quels sont les éléments nécessaires pour effectuer des achats dans le métaverse ? et comment ?

Portefeuilles cryptographiques

Il s’agit de la condition la plus fondamentale pour procéder aux achats dans le métaverse. MetaMask est le porte-monnaie le plus utilisé. Les utilisateurs peuvent ajouter leur crypto monnaie à l’aide d’une carte de crédit ou de débit.

les Cartes NFT s

Mastercard et Coinbase ont simplifié le processus d’achat des NFTs. Ils se sont associés pour créer la première carte basée sur le NFT. Les utilisateurs de Mastercard peuvent simplement se connecter à l’interface NFT de Coinbase et acheter immédiatement des NFT avec leurs cartes de crédit ou de débit respectives.

Jetons Métaverse

Les plateformes du métaverse nécessitent une crypto-monnaie afin de simplifier les transactions. C’est pourquoi elles sont basées sur la blockchain. Ces crypto-monnaies sont connues sous le nom de jetons de métaverse. Elles peuvent être échangées contre de la monnaie fiduciaire quand leur propriétaire le souhaite. Parmi les crypto-monnaies les plus répandues, on trouve:

L’Ether : ETH, la monnaie native du réseau Ethereum. C’est l’une des crypto-monnaies les plus utilisées pour effectuer des achats dans le métaverse.

SAND : Il s’agit du jeton natif de la plateforme Sandbox et fonctionne de la même manière que MANA. Il peut également être échangé contre de la monnaie fiduciaire sur la plupart des bourses de crypto-monnaies.

AXS : Ce jeton est associé à la plateforme de jeu Axie Infinity. Les utilisateurs peuvent non seulement l’acheter sur les échanges de crypto-monnaies, mais aussi le gagner en élevant des animaux de compagnie dans le jeu, appelés Axies.

Le marketing des NFT

Pré marketing NFT

Jusqu’à pas longtemps le marketing n’avait pas de présence directe sur le marché de la spéculation des NFTs. Au début les artistes étaient au cœur du marché des NFTs en créant des œuvres d’art ainsi que les revendre dans des marketplaces en crypto monnaie. Les prix d’achats et de revente de ces oeuvres d’art étaient important, mais pas comme on le constate aujourd’hui.

Le succès et le potentiel énorme de profitabilité de ce marché est dû à un nombre important d’artistes ainsi que des entreprises qui croient en le potentiel de ces œuvres d’art et l’importance qu’aura ces tokens après le lancement du métaverse. 

L’apparition du marketing NFT

Cette évolution a poussé un grand nombre d’artistes, d’entreprises et d’investisseurs voulant en profiter de ce marché à créer des NFTs afin de les mettre en vente sur les marketplaces. Ceci a créé une grande offre dépassant de loin la demande.

Cet effet a eu comme conséquence la baisse des prix des NFTs ainsi que l’incapacité des artistes et des investisseurs de vendre leurs NFTs au prix souhaité. Cependant il y avait toujours des NFTs qui se vendaient à des prix exorbitants ce qui mène à constater que ces NFTS ne sont pas juste créés, mais il y a quelque chose derrière. C’est bien évidemment le marketing.

De la promotion au marketing des nfts

Comme chaque domaine, le marketing a eu toujours cette image réduite de communication et de publicité. Ce volet a été interprété comme facteur clé de succès et l’effort à fournir pour se différencier des concurrents et vendre les NFTS avec les prix et les marges souhaités. Pour cela les meneurs de projets ont essayé de communiquer sur différents canaux et d’une manière arbitraire en espérant d’avoir un résultat positif sur les ventes de ces tokens.

Sans succès de leurs parts, les meneurs de projets ont compris que pour réussir un projet NFT, il fallait faire appel à des spécialistes marketing afin d’accompagner le projet non seulement sur le plan communication, mais de la création d’œuvre d’art jusqu’à la vente de cette dernière.

Le choix du créateur des nfts

En plus de la qualité de l’œuvre, la renommée de l’artiste et le succès de ses ouvres réalisées auparavant est vraiment un point à ne pas négliger.

BEEPLe détient le record des ventes des NFTs (+ 68 millions de dollars). Pareil pour Greg Silanol et Willie Annrow, les créateurs des NFTs les plus connus au monde pour la collection « Bored Ape Yacht Club ». Il est essentiel de noter que cela ne veut pas dire que la renommée de l’artiste est primordiale pour le succès d’un projet. Un exemple concret de cela « Victor Fewocious » un jeune artiste de 17 ans et qui ses NFTs ont réalisé un chiffre d’affaires de 17 millions de dollars en 2021.

Promouvoir les nfts

En plus des efforts de communication classique tels que le SEO, emailing, blogs, réseaux sociaux et marketing d’influence. La création des communautés reste la stratégie la plus optimale pour promouvoir les NFTs.

Création de communauté NFT

Cette étape consiste à donner naissance à une audience qui sera apte à croire et soutenir l’idée du projet. Les canaux les plus utilisés pour la création de ces communautés ne sont pas les canaux classiques comme Facebook, Instagram, WhatsApp ou YouTube, mais plutôt sur Twitter, Reddit et Discord. Cette communauté doit être cohérente avec la cible déjà identifiée pour être plus efficace. Dès que la communauté est créée, il est temps de communiquer dans ces groupes sur le projet, son objectif, son potentiel, la raison d’être, les dates importantes à retenir et cela se fait au fur et à mesure que le temps de dévoilement du projet approche avec des méthodes de teasing. 

Pour mieux cerner le monde de la data et marketing digital, il est très important de se tenir informé des dernières nouveautés. Il faut savoir rebondir, pivoter, entreprendre et imaginer le monde de demain en corrigeant les défaillances de celui d’aujourd’hui. Autant de sujets abordés par les étudiants au sein des écoles de commerce !

Sources

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This