Retrouvez l’actualité, les informations, les thèses, les diplomés et le calendrier.

L’impact du numérique sur le developpement durable
5 août 2022

Aujourd’hui, nous évoluons dans un monde de plus en plus digitalisé. Le numérique ne cesse de se développer, d’autant plus depuis la crise sanitaire de 2020. La pandémie a considérablement accéléré la transformation digitale de nombreux secteurs, notamment l’industrie, l’économie, la santé ou l’éducation. Nous observons même l’émergence de nouveaux marchés qui n’améliorent pas la situation. Plus particulièrement ceux des produits fictifs, des univers parallèles ou des mondes virtuels, qui deviennent des leviers de développement largement considérés par les entreprises mais sont néfastes à l’environnement. Ce développement, rapide, nous invite à nous intéresser aux impacts du numérique sur le développement durable aujourd’hui.

L'impact du numérique sur le développement durable
Les impacts du numérique sur le développement durable

Comment rendre l’utilisation du numérique plus responsable en termes de protection de l’environnement, d’égalité sociale et d’économie?

  1. Le développement rapide du numériques et ses impacts.
  2. L’importance de l’accessibilité numérique pour réduire le clivage économique et social
  3. … et lutter contre la pollution numérique pour répondre aux enjeux du développement durable.
  4. Adopter les bonnes pratiques
  5. Où allons-nous ?

Le développement rapide du numérique et ses impacts sur le developpement durable.

Des impacts économiques et sociaUX négatiFS…

La numérisation exponentielle apparait comme une révolution à double tranchants. La numérisation de la société permet le développement des économies et une hausse de la création de valeur. Mais elle semble aussi créer des inégalités économiques et sociales, laissant derrière elle ceux qui ne pourraient y accéder. On parle alors de fracture numérique.

Premièrement, un des impacts du numérique sur le développement durable est l’accélération de l’utilisation des nouvelles technologies ayant pour conséquence la marginalisation de ceux qui ne peuvent suivre le rythme. Les causes sont les revenus insuffisants des individus, ou des nations peu développées en termes d’infrastructures. On observe donc un clivage ayant des conséquences sociales et économiques négatives. L’exclusion d’une partie importante de la population mondiale des externalités positives du digital et plus globalement des TIC en est la conséquence.

…mais aussi écologiques!

La diffusion d’outils numériques entraine d’autres externalités négatives telles que la prolifération des fake news et des cyber-attaques, un risque croissant pour la vie privée, une gestion difficile de la sécurité des données personnelles et principalement, la production massive de déchets électroniques. L’emprunte environnementale du numérique s’agrandit au fil des nouveautés et des innovations dans ce secteur.

Selon l’ADEME, en France en 2021, le numérique est responsable de 3,5% des émissions de gaz à effet de serre

https://presse.ademe.fr/2022/01/numerique-responsable-et-si-nous-adoptions-les-bons-reflexes.html

Les centres de données, les équipements et les infrastructures de réseau ont de terribles conséquence sur la consommation des matières fossiles non renouvelables telles que l’eau et l’énergie. L’impact social, économique et sanitaire du numérique en devient donc alarmant. Par exemple, en termes d’émissions carbone, la production d’un smartphone correspond à l’équivalent de 4 tours du monde en avion selon l’ADEME. Malgré tout, la consommation de ce dernier ne cesse de croitre et est en constante évolution :

Courbe de croissance de la vente de smartphones depuis 1997

Accroitre l’accessibilité numérique pour réduire LES externalités négatives économiques et sociales.

Réduire le clivage social créé par l’essor du numérique

Aujourd’hui, seulement 56% de la population européenne, âgée de 15 à 64 ans, possède au moins les compétences de base pour jouir du digital

https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/ip_21_5481

Les services, les biens, les bâtiments, les outils, les dispositifs numériques doivent donc être conçu de telle sorte que l’ensemble de la population puisse y accéder. En effet, les outils du numérique doivent être accessibles à toute personne de manière autonome, sûre, confortable et équitable. L’accessibilité numérique doit résulter en la participation et l’utilisation pour tous des nouvelles technologies, sans générer d’inégalités dans son accès.

Au-delà de l’inaccessibilité relative à la richesse et aux moyens, il faut donc également tenir compte des différents handicaps qui nuisent à l’utilisation d’appareils numériques comme les handicaps auditifs, visuels, cognitifs et moteurs.

L’accessibilité numérique est donc un concept qui englobe l’accessibilité mobile, web et l’accessibilité à tous les outils technologiques en général (logiciels, jeux vidéo, télévisions, bornes interactives, bureautiques, objets connectés …). C’est donc un concept indispensable qui permet de palier les impacts du numérique sur le pilier social du développement durable.

… grâce à des mesures d’évaluation des dispositifs numériques.

Afin de rendre les services numériques accessibles, il existe le Référentiel Général d’Amélioration de l’Accessibilité (RGAA). Ce référentiel permet d’évaluer un produit ou un service quant à son accessibilité. Cette méthode améliorée évalue notamment les sites internet et applications numériques.

Il existe 13 critères d’évaluation de référence nationale en France parmi lesquels :

  • les images
  • les couleurs
  • les multimédias,
  • les liens
  • les scripts
  • les éléments obligatoires
  • la structure de l’information
  • la navigation

Afin d’être validé il faut par exemple qu’un site assure la conformité de tous ces critères sous validation d’un audit. La déclaration de conformité est ensuite rendue publique.

… et remettre au cœur des débats l’impact du digital sur l’environnement !

Le développement durable, central depuis 1987

Le concept de développement durable est apparu en 1987 pour donner suite à la publication du rapport Brundtland. Il repose sur trois notions clés que sont : le pilier social, économique et environnemental. C’est à dire que celui-ci doit respecter la société humaine, lutter contre la pauvreté et préserver l’environnement.  

En 2015, l’Assemblée générale des Nations unies a voté pour la mise en place de 17 objectifs avec pour horizon de mise en place 2030. Ces 17 défis comprennent un ensemble spécifique de tâches visant, principalement, à mettre fin à la pauvreté, à protéger la planète et à faire en sorte que tous les peuples jouissent de la paix et de la prospérité.

Les 17 objectifs de l’ONU sont interconnectés. En effet, si l’un est modifié, alors il y aura une influence sur un autre des objectifs. Parmi les 17 objectifs on compte par exemple la protection de la faune et la flore, la lutte contre le changement climatique, la consommation responsable…

Ces objectifs ont pour volonté d’améliorer la qualité de vie des générations futures. En effet, à échelle mondiale nous devons relever les défis du développement durable à l’ère du numérique et ses impacts négatifs.

La pollution numérique, un fléau pour l’environnement.

Selon le dernier rapport du GIEC, en date d’avril 2022, il faudra réduire les émissions carbones par deux d’ici 2030.

Pour ce faire, il faut que les technologies deviennent bas carbones tout en étant compatibles avec l’amélioration du bien-être de base pour tous. En effet, la production des équipements nous permettant de jouir des avantages du digital est responsable à 50% des gaz à effet de serres du numérique.

Aujourd’hui, les impacts négatifs du numérique sur l’environnement, aux yeux de nombreux militants français et européens, effacent largement les aspects positifs que nous lui connaissons… 

Voici une vidéo pertinente qui résume en seulement 2 minutes les impacts du numérique sur l’environnement et des solutions:

Les impacts du numérique sur le développement durable et l’environnement

Quelles solutions ?  

Impulser une prise de conscience à l’échelle individuelle…

Il semble indispensable d’implémenter les notions d’e-accessibilité, d’économie circulaire, et d’inclusion du numérique.

L’accessibilité numérique permet de réduire l’impact environnementale d’un site si celui-ci est conçu simplement avec peu de liens, des informations regroupées, un agencement condensé et intuitif et des médias optimisés alors son émission carbone est moindre.

Des articles pertinents développent les bonnes pratiques a adopter à l’échelle individuelle:

Et implémenter des mesures légales adaptées à l’échelle nationale et internationale.

Il faut contrôler la qualité et la conformité des outils en respectant différentes normes qui doivent réguler les grands groupes et entreprises qui polluent le plus.

Des lois sont régulièrement votées afin de réduire l’empreinte environnementale du numérique et communiquées sur le site du Sénat avec des mises à jour régulières.

COnclusion

Le dernier rapport du GIEC, en 2022, a mis en lumière l’urgence climatique et notamment, l’impact du numérique sur la production de gaz à effets de serre. De nombreuses solutions permettraient de rendre l’utilisation du numérique plus responsable en termes d’accessibilité et développement durable. Cependant, le gouvernement est-il prêt à faire de l’environnement sa priorité?

D’autres articles abordent la problématique de l’environnement à l’ère du digital et complètent nos propos. N’hésitez pas à aller faire un tour!

BIBLIOGRAPHIE

autrices

Maëlle CANUDAS DE WIIT

Mélissa ROMEO

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This